0

Pouvons-nous vivre sur une autre planète? (et y’a t’il de la vie ailleurs dans l’univers?)….

Lulu V nous apporte des réponses dans une animation vidéo, suivez le lien :

https://www.powtoon.com/embed/bWD8cOCS7pE/

ASTRONAUTE

 

Lire la suite

Publicités
0

Un week-end au collège – chapitre 6

Je pense que je ne pourrais jamais décrire quelle était ma joie à ce moment là. Je pourrai enfin avoir toutes les réponses à mes questions ! Et ce sentiment de liberté qui m’envahissait me donnait l’impression de voler. Je courrai dans tous les sens en criant. Je devais passer pour un fou mais quand on reste plus de 48h dans un collège, on peut facilement le devenir. De plus, personne pour témoigner ! Je pouvais ne pas avoir honte. Mais j’avais un peu (même carrément) oublié le fait que je n’étais plus seul. Le 3ème était allongé sur le sol et il hurlait. Bon, sortir c’est bien, mais trouver des réponses, c’est encore mieux. Une fois qu’il se fut relevé, nous cherchâmes des gens à qui parler. Je m’attendais à ce qu’il y ait un peu de monde dans les rues, même pour un dimanche après-midi. Mais c’était complètement désert. Pas une seule voiture ne circulait, pas une seule personne n’était sortie et l’avenue était plongée dans un silence inquiétant.

Nous avons bien essayé d’entrer dans des bâtiments mais c’était déjà peine perdue. Je commençai à m’inquiéter sérieusement et le climat d’abandon qui régnait sur l’avenue ne m’aidait en rien. Je voulais juste des réponses mais j’avais l’impression que le monde entier s’était ligué contre moi pour m’empêcher de les trouver. Soudain, je me dis que si l’on se rendait au centre ville, on pourrait passer à l’espace culturel et ainsi voir à la télé : cela nous permettrait de comprendre pourquoi les ordinateurs ne marchaient plus et pourquoi la ligne était coupée. Une fois arrivés à l’espace culturel, nous sommes entrés (oui, car chez nous, ils sont ouverts les dimanches) mais il n’y avait personne. Je fut très étonné de ne voir aucun être humain dans un endroit qui normalement devrait être bondé. Nous avons feuilleté les magazines et journaux les plus récents pour voir quel était le pourquoi du comment de cette histoire. Soudain, vers 17h, toutes les télévisions s’allumèrent, toutes les consoles se réinitialisèrent, et tout ce qui allait se passer répondrait enfin à toutes les questions qui s’accumulaient dans ma tête depuis le début de cette incroyable aventure.

0

Un week-end au collège – chapitre 5

Je commençais à lui poser de nombreuses questions, mais il ne me répondit pas tout de suite. Il est vrai que je les lui ai posées un peu trop vite, ne lui laissant pas le temps de répondre. Il s’assit derrière le bureau du principal et je pris place face à lui. Il avait une petite voix aiguë et craintive. C’est alors que je lui ai demandé comment il s’était retrouvé ici et surtout pourquoi il était là. Il commença alors son récit.

– Je vais te dire pourquoi et comment je me suis retrouvé ici : je me fais racketter depuis le début de l’année par une bande dont une petite partie fait partie de ma classe. Chaque jour, ils me réclamaient de l’argent à alentours des 18-19h pour que personne ne nous voit. Mais avant-hier, j’ai pris la décision que cela devait cesser : j’ai donc décidé de ne pas aller les voir et de rentrer chez moi sans qu’ils ne m’aperçoivent. C’est à ce moment là que je me suis rendu compte que c’était une idée stupide puisqu’ils connaissaient mon adresse et qu’ils pouvaient très bien se faire passer pour mes amis et me voler de l’argent quand même. J’eus alors l’idée de rester au collège : ils ne pourraient pas me racketter ! Je serais en sécurité tant que je serais présent dans l’enceinte du collège. Mais il y avait un hic : on était vendredi soir.

Je lui ai demandé s’il savait pourquoi il y avait plein de plateaux au self, mais il l’ignorait autant que que moi. Je lui ai aussi demandé si c’était lui qui avait détraqué tous les ordinateurs : sa réponse fut une fois de plus négative. Je me suis dit que le plus important pour l’instant était de sortir du collège. Il me précisa qu’il avait essayé toutes les issues sans succès et je ne pus qu’acquiescer : « Moi aussi ». Nous étions donc deux élèves sans aucun moyen de sortir, plein de questions en tête et aucune réponse. Il était déjà 14h et je me dis qu’avec toutes les choses étranges dont j’avais été témoin ces derniers jours, nous avions peut-être une chance de sortir du collège. Je l’invitai donc à me suivre, puisque désormais nous étions dans le même bateau. Il accepta et nous nous sommes dirigés vers la vie scolaire. J’avais déjà eu plein de surprises par le passé et énormément durant ce week-end : malgré tout, je pense que je ne fus jamais aussi surpris de toute ma vie, quand je poussai le battant du portail et découvrit qu’il était ouvert.